Примери теста за пријемни испит Latinica

Un robot français séduit les universités du monde entier

Nao a été inventé par des Français et se vend maintenant dans le monde entier. Il sert à faire de la programmation informatique beaucoup plus ludique qu'un ordinateur. Car lui, répond et reconnaît ses élèves.

En France, près de 80 écoles secondaires utilisent déjà Nao. Mais il y en a aussi dans les universités étrangères en Angleterre, en Chine etc.

Les étudiants tissent une relation affective avec Nao

Nao est capable de parler, entendre, marcher, reconnaître les visages et prendre des objets dans ses mains. Avec ses 58 centimètres, sa forme humaine et ses yeux expressifs, il fait fureur auprès des élèves et des étudiants.

Lors de son acquisition en 2011, l'Université Paris Descartes était enthousiaste. On disait : « Il offre un large panel de possibilités dans l'apprentissage de l'informatique et de l'intelligence artificielle mais aussi dans le domaine de la recherche ».

Tout au long d'un semestre, l'équipe pédagogique de l'Université Paris Descartes a observé les projets réalisés avec Nao par les étudiants en troisième année d'informatique. Et ils ont constaté que Nao suscite des réactions affectives positives de la part des êtres humains auxquels il est confronté, et les étudiants ne dérogent pas à cette observation.

Les étudiants « le personnifient et ils leur arrivent même de lui parler ». Au lieu de dire « on va le programmer », les étudiants préfèrent dire, « on va lui apprendre, on va lui dire de ... ». La relation développée avec le robot rendrait les étudiants « plus patients et plus motivés ». Ils s'investiraient alors davantage dans les projets scolaires parce que le travail réalisé est ancré dans la réalité.

Le robot évolue et conquiert les étudiants du monde entier

Nao « est un ordinateur avec deux bras et deux jambes », explique un expert de la société Aldebaran Robotics qui le commercialise depuis 2008. Mais l'équipe pédagogique de l'Université de Paris Descartes n'est pas tout à fait contente. Pendant toute une journée d'utilisation Nao risque de s'échauffer, disent les professeurs.

Par ailleur, son prix public actuel de 10.000 euros semble limiter son utilisation à grande échelle dans un contexte pédagogique.

Aujourd'hui, il existe 35.000 robots en France, contre 62.000 en Italie et 150.000 en Allemagne. Les robots ne sont pas des destructeurs d'emplois ; au contraire, ils en créent ... Actuellement, 3 000 unités de Nao sont en service dans plus de 60 pays avec plus de 600 clients académiques dont Harvard aux États-Unis.

D'après Le Figaro Magazine, le 20 mars 2013

COMPRÉHENSION ORALE

Durée de l'épreuve: 20 min

Vous allez entendre deux fois le texte « Un robot français séduit les universités du monde entier ».Lisez les questions avant la première écoute !

Cochez la réponse exacte :

1) Le robot humanoïde Nao est inventé

  1. en Chine
  2. en Angleterre
  3. en France

2. Nao est capable de :

  1. parler
  2. écrire
  3. dessiner

3. Les étudiants adorent Nao et il leur arrive de lui :

  1. parler
  2. écrire
  3. envoyer des méls

4. Le prix actuel de Nao limite son utilisation dans des universités parce qu'il coûte :

  1. 1. 000 euros
  2. 10. 000 euros
  3. 100. 000 euros

COMPRÉHENSION ÉCRITE

Durée de l'épreuve: 30 min

Lisez attentivement le texte et faites les exercices :

Facebook, outil stratégique de drague pour les jeunes

Il y a toujours cette soirée avec des regards en coin et une furtive conversation. De retour chez soi, on veut savoir si les étoiles qu'on a dans les yeux se transformeront en feu d'artifice. Et, heureusement, Facebook est là. Le Figaro Magazine vous propose les étapes qu'il faut respecter.

1 - Les jeunes poursuivent la drague sur Internet après une soirée -

Il faut rencontrer la personne au moins une fois pour lui demander d'être ami sur Facebook.

2 - ... et retrouvent la belle inconnue dans la liste d'amis des autres

S'ils ne connaissent pas le nom de la cible, il vont aller fouiller dans la liste d'amis de ses amis pour la retrouver. Cela donne aussi l'occasion d'évaluer le nombre d'amis en commun, signe d'un potentiel relationnel important.

3 - Ils font leur demande de « friends » rapidement -

On devient ami avant toute chose. II faut faire sa proposition dans les deux jours maximum suivant la rencontre « dans la vie réelle ». Sinon, direction les oubliettes.

4 - Ensuite, ils passent leur cible au scanner

Quand la cible accepte la demande, les portes d'une source infinie d'analyses s'ouvrent : le profil de la target. Il y a des photos, des statuts, des commentaires, des likes et autres fan pages. Il faut commencer à travailler ! « Chaque élément devient interprétable, la lecture est rapide et utilitaire », précise l'enquête. Plus il y a de photos, mieux c'est. Derrière chaque photo il y a une énigme, un message. Ainsi Pierre, Nicolas et leurs copains font l'analyse des filles de la soirée : « Oui, elle est très jolie ! C'est la meilleure copine de Sophie, j'en suis sûr »

5 - Et appellent les copains en renfort pour discuter des informations

Pour faire l'analyse de cette somme d'informations, il est courant d'appeler quelques amis fiables. « Alors, les profils sont consultés à plusieurs », atteste l'étude. Ainsi, Anne et Marie affirment qu'elles font ça « entre filles », quand on a une target après une soirée. Comme ça elles voient s'il est cool, s'il fait du sport ...

6 - Puis débutent une conversation

Les jeunes engagent alors une discussion. Ils commencent par une référence à la soirée. Mais il faut vite passer à une autre chose. La conversation peut tourner en rond.

7- Pour prolonger le contact, il faut liker

Les « j'aime », les tags ou les poker sont des outils qui n'engagent à rien mais sèment un doute ... Il faut éviter les commentaires car « il ne faut pas montrer aux autres copains présents sur le réseau qu'on est intéressé par une personne en particulier ».

8 - La taille et la fréquence des messages comptent

Les messages doivent être courts. Leur fréquence sert à mesurer s'il y a un intérêt mutuel. S'ils sont trop pressant, c'est souvent contre-productif.

9 - Enfin, il faut sourire sur Facebook

Les smileys présentent bien des avantages, c'est pour ça qu'ils sont si nombreux dans le menu Facebook. Ces émoticones permettent de se rapprocher, de clins d'ceuil en sourire, en « évitant tout malentendu à ce stade ».

D'après Le Figaro Magazine, le 20 mars 2013